Le nouveau visage de la perle du Grenchenberg

Pendant des décennies, le «petit château de Grenchen» a appartenu à deux propriétaires différents, mais en 2010, l'investisseur Denise Spörri réussit à acheter les deux parties de la maison. Elle a ensuite entrepris de grands travaux et en a fait un vrai petit bijou.

 

La partie est de la villa de la Waldeggstrasse 14 a été conçue de 1914 à 1915 par l'architecte Otto Stalder de Grenchen, mandaté par l'entrepreneur Arnold Baumgartner. La construction de la partie est s'est effectuée en 1932, et celle de l'atelier en 1933. Ces deux parties du bâtiment ont été réaménagées en espaces habitables en 1945.

 

C'est Arnold Baumgartner (1865–1950) qui fonda la fabrique de montres Baumgartner Frères et qui fit connaître à l'entreprise son heure de gloire. Après la mort de sa première femme avec laquelle il eut trois enfants, Baumgartner se remaria et eut un quatrième enfant. La maison située à proximité immédiate de la fabrique commença alors à devenir trop petite pour toute la famille. La nouvelle construction au-dessus de l'usine fut alors utilisée comme nouvelle habitation.

 

Baumgartner réalisa l'extension de la partie ouest pour sa plus jeune fille, Irene, en 1932. Celle-ci était liée à l'artiste Ferdinand Kaus, pour qui un atelier fut construit un an plus tard. Les relations entre Kaus et sa belle-mère n'étant pas au beau fixe, Kaus et sa femme déménagèrent en 1945.

 

C'est alors la deuxième fille de Baumgartner et sa famille qui occupèrent cette partie de la maison et en devinrent propriétaires après la mort d'Arnold. Jusqu'à la vente en 2010, la partie ouest et l'atelier demeurèrent la propriété des descendants d'Arnold Baumgartner.

 

A la mort d'Arnold Baumgartner, la partie est, c'est-à-dire la villa d'origine, devint la propriété de sa veuve qui y vécut jusqu'à la fin de sa vie, en 1970. Sa fille Irene n'était pas intéressée par le bien immobilier et le vendit à l'entreprise Baumgartner Frères qui connut jadis un grand succès. L'entreprise n'avait pas d'utilité dans les surfaces habitables et y aménagea son département de commande des machines, qui deviendra plus tard Biviator AG. Celle-ci s'étendit et loua également les parties annexes et l'atelier qui servirent à la production. Après la mise en faillite de Baumgartner Frères, Biviator AG acheta la partie est de la villa et y résida jusqu'à l'acquisition du bien-fonds par Claudio von Büren en 2010. Pour des raisons familiales, ce dernier dut revendre la propriété quelques semaines seulement après son achat et Denise Spörri devint alors propriétaire du bien chargé d'histoire.

 

Dès 2010, une série de planifications, recherches, approbations, organisations et constructions se sont mises en place. Il en a résulté un concept d'habitation composé de sept unités très différentes les unes des autres. Chaque appartement a son propre cachet et respire le charme de cette battisse centenaire.

 

 

La fabrique de montres Baumgartner Frères a été fondée par Arnold Baumgartner (1865–1950). La construction de la fabrique dans la Schmelzistrasse est un exemple typique de local industriel situé au cœur du quartier d'habitations. A l'époque, c'était la fabrique de montres située la plus en hauteur dans la ville. Arnold Baumgartner conduisit l'entreprise au succès et contribua ainsi considérablement à l'essor de la ville. Après ses débuts comme manufacture en 1899, la société anonyme familiale Baumgartner Frères Grenchen (BFG) fut créée en 1916. En 1926, elle rejoignit Ebauches SA, la société holding de l'industrie suisse des ébauches.  Arnold Baumgartner fut également homme politique, d'abord au sein du FDP, puis, dès 1933, comme fondateur de son propre parti bourgeois uniquement actif au sein de la commune bourgeoise de Grenchen.

En 1974, Baumgartner Frères était encore la plus grande fabrique de montres du monde pour la production des montres Roskopf (montres avec échappement à ancre, bon marché mais robustes) et comptait une production annuelle de 20 millions de pièces. En produisant en masse des montres mécaniques bon marché, la Suisse tenta jadis de réagir à l'offensive du quartz de l'Extrême-Orient, mais en vain: l'entreprise ferma en 1982. Aujourd'hui, différentes PME sont implantées dans la zone industrielle «City Nord» à Schmelzirain.